Les Larmes de PotapDESCRIPTIONJe mappelle Potap Potap Kerenski pour tre prcis Je suis n Tcheboksary, en Tchouvachie, sur les bords de la Volga,km lest de Moscou Aujourdhui, entour de ma famille et de mes rares amis, je clbre mesans Un ge o, juridiquement, je deviens pleinement responsable de mes actes Quels quils soient Pour ma part, jassume totalement les miens En consquence, nen dplaise mon frre, ceci est mon dernier anniversaireCE QU EN PENSENT LES LECTEURS Extraits Une trs belle surprise Ce roman est plein d enseignement et nous pousse la rflexion Il est criant de ralisme et de vracit C est un cri du curUne histoire motionnellement bouleversanteUn roman fort et poignantUn coup de cur Je ne sors pas intact aprs avoir fini ce roman, Potap va rester un moment dans mon espritUne belle leon de vieC est une fresque sur la vie, ses alas, ses trmolos, ses espoirsEXTRAITSExtraitBordel, Potap, quest ce que tu fabriques Je lche tout, surpris par son entre soudaine dans notre salle de bain Il reprend, alors que, bredouille, je tente de relever mon pantalon Mais nom dun chien, quoi joues tu, hein Je me recule dun petit pas, les mains en avant, suffoqu par son air si mauvais Il me rejoint, en deux mouvements, mattrape par le col de mon pull pour me plaquer violemment contre la pile de chaises cales contre le mur Je ne me dfends mme pas, sonn, voire choqu quil mait dcouvert ainsi Il resserre sa poigne tout en mcrasant volontairement de tout son corps Je ferme les yeux pour viter de croiser son regard Devant ma lchet, il me gifle Le geste est puissant, dtermin me blesser Je bascule lgrement vers la droite, mais comme il agrippe toujours mon pull, je reste debout Il colle son visage au mien et sur un ton glaant que je ne lui connais pas, il me demande Maman est au courant Je me contente de secouer la tte ngativement Nina Non Qui alors Personne ExtraitQuelquun te prendra en charge Ds ce soir si ncessaire a sera difficile, mais tu ten sortiras Cest le seul moyenDevant ma tte tonne, elle ajoute Tu verras, tu sympathiseras trs vite avec de nouveaux camarades En attendant, dshabille toi, Potap Et parle moi de toiJe ne lui raconte rien de ma misrable vie, totalement perturb par la situation Moi, en slip au milieu de ce drle de salon, face cette jolie Anna en robe rose bonbon Derrire, mon frre et ce chat trop poilu trs intress par mes pieds Et donc mes araignes Je nai pas retir mes chaussettes, peu dsireux de dvoiler ltendue des dgts Le reste suffit dj