Extrait du prologue J aime la chorba et la t te de veau, le boeuf bourguignon et le couscous, Matoub Loun s et Renaud Ce livre est mon histoire, celui d une jeune femme n e en Kabylie, arriv e Roubaix dans le nord de la France l ge de six ans pour fuir le terrorisme de la d cennie noire en Alg rie Nous avions d cid de mener notre vie en France et de faire de la France notre pays S int grer La question ne se posait pas C tait une vidence, une volont , un imp ratif La France nous a accueillis bras ouverts et aujourd hui je doute que beaucoup d autres pays le fassent avec autant de g n rosit Du racisme, de la discrimination Oui il y en a eu, mais on m a appris l ignorer pour avancer C tait en novembre , nous arrivions en France, le mur de Berlin s effondrait vingt quatre heures apr s que nous avons pos nos valises Le bicentenaire de la R volution fran aise tait c l br et l affaire du voile islamique de Creil faisait l actualit Vingt ans plus tard, c est la burqa et le djihad qui occupent les esprits Du voile la burqa, cela sonne comme une d faite de la R publique face aux communautarismes Nous avons perdu une bataille, oubli de descendre la station R publique Et les droits des femmes musulmanes et leur mancipation n avancent pas Aujourd hui, j ai vingt neuf ans et l air me semble irrespirable Ma France para t tre tomb e dans un long coma Attaqu e, insult e, elle prend les coups sans r agir Fini la g n rosit , la tol rance, la fraternit Pire, la France serait raciste, discriminante, non m ritocratique, et la la cit serait de l islamophobie Car, aujourd hui, on ne parle plus de racisme mais d islamophobie De Roubaix, ville devenue la r f rence du communautarisme et du halal, j ai vu ma France vaciller, s oublier et abdiquer La communaut maghr bine est manipul e et s enlise dans le pi ge du repli identitaire Ceux qui ont choisi la R publique sont violemment rejet s et insult s Ils sont des infid les , des tra tres , des colla beurs Dans le petit monde merveilleux des int gristes musulmans, tre colla beur , surtout lorsqu il s agit d une femme, est la pire des insultes C est bien pire que d tre une pute C est tre une tra tresse qu il faut punir et humilier en place publique comme cela a t tristement le cas la fin de la Seconde Guerre mondiale Pour ces gens, toute personne d origine maghr bine qui refuse le communautarisme et qui volue avec un mode de vie fran ais est un collaborateur Aimer la France et la R publique est ainsi devenu dangereux dans certains quartiers Une partie des enfants des quartiers difficiles est embrigad e dans l obscurantisme et emprunte les chemins de l islamisme radical, du djihad et du rejet de la France Ils ne se consid rent plus comme Fran ais mais comme appartenant la patrie des Muslims , et au nom de l amour de cette patrie virtuelle, ils sont pr ts partir au combatDu voile de Creil au djihad en Syrie Nous avons perdu une bataille, oubli de descendre la station R publique Enfant de l immigration, Lydia Guirous n a pas eu de difficult s int grer La France, elle l aime Trop peut tre Au point de d ranger ceux qui voudraient qu elle la rejette mi chemin entre le manifeste et le t moignage, elle pointe la dangereuse d rive d une France qui a honte de ses valeurs, de son histoire et abdique face la mont e du communautarisme et de l islam radicalDans cet essai courageux, au travers d anecdotes ac r es, elle d nonce les atteintes port es aux droits des femmes, la radicalisation d une partie de la jeunesse des quartiers populaires, le pi ge de la double culture et de la diversit , le jeu trouble des politiques, et leurs difficult s faire respecter ce principe qui prot ge tous les enfants de la R publique la la cit


4 thoughts on “Allah est grand la République aussi